Political trust and public policies: The Algerian case

Abdelatif Kerzabi, Nawel Chemma

Abstract


Over 700 billion dollars have been invested since 2000 in Algeria, the unemployment rate, which was in the order of 20% in 2000, reached 9% in 2014, thousands of houses are distributed each year, Electricity and gas reached more than 86%. This public policy has targeted particularly the most vulnerable social strata. In this case, this "anomaly" suggests that declining confidence can be the result of an increase in citizens' demands on politics. Otherwise, this distrust can be seen as the effect of a loss of efficiency in public policies, unable to solve the problems they are supposed to be dealing with and thus generating a public feeling of disappointment.

Our contribution will be to show that political confidence is thwarted by public policies which, under the effect of economic liberalization, lose in efficiency and produce more dissatisfied than satisfied. To do so, we will analyze the effects of economic liberalization on Algerian society on the one hand and the structure of public expenditure on the other. Political confidence as a response to this situation is measured by the rates of participation in elections or, more precisely, by the rate of abstention.

 

 


References


Addi L. (2011), « Le régime algérien après les révoltes arabes », Mouvements, Février (n° 66), p. 89-97.

BAD/OCDE (2007), « Perspectives Economiques de l’Afrique

Banque Mondiale, (2007), « A la recherche d’un investissement public de qualité : Une Revue des dépenses publiques, Washington, le 15 août

Bennadji C. (2007), « Algérie : morosité politique et frémissement économique », L’Année du Maghreb, 195-211.

Bouzidi A.(2006), « Le pacte social. Ne pas gâcher cette occasion ? », Le Soir d’Algérie, du 26 juillet

Chabou M .C. (2012), « Gouvernance publique : de la mauvaise gestion à la tragédie managériale », El-watan du 20 Juin

Dris L., Aït Hamadouche et Cherif Dris (2012), « De la résilience des régimes autoritaires : la complexité algérienne », L’Année du Maghreb, VIII | 279-301.

DougMc A., Tarrow S., Tilly Ch. (1998), “Pour une cartographie de la politique contestataire ». In: Politix. Vol. 11, N°41. Premier trimestre pp. 7-32.

Dyer P., (2005), « Disponibilité de main-d’oeuvre, chômage et création d’emplois dans le Maghreb », Banque mondiale, juin

FMI (2014), « Algérie, évaluation de la stabilité du système financier », Juin

Henni A., (1990), « Le malaise de la jeunesse maghrébine : L’exemple algérien », in « Maghreb : Les années de transition », sous la direction de Bassma Kodmani-Darwish, Masson 1990

Kerzabi A., «Contestations sociales, corruption et football en Algérie : l’après octobre 88

Lamiri, A. (2011), « L’Algérie s’est trompée de diagnostic et de thérapie » au forum : Alegria Invest , repris par le quotidien Liberté du 04 Octobre

Laarcher S. et Terzi C. (2012), « Comment faire Peuple ? Le cas des protestations publiques au Maghreb », L’Année du Maghreb, VIII | 87-102.

Louisa Dris-Aït Hamadouche (2009), « L’abstention en Algérie : un autre mode de contestation politique », L’Année du Maghreb, 263-273.

Martin I., (2003), « La politique économique en Algérie (1999-2002) : vers une solution économique à la crise », The Journal of North African Studies , Vol. 8, No. 2, pp. 34-74

MF/DGEP, (2005) « Rapport national d’autoévaluation élaboré dans le cadre du mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MARP) » Alger, 10 Septembre

ONS : (2011), « Enquête Emploi Auprès des ménages », Collections Statistiques, 2011


Refbacks

  • There are currently no refbacks.


............................................................................................................................................................................................................................

HOW DO YOU REGISTER and SUBMIT AN ARTICLE?

Registering and Logging in

Submitting an Article